Archives et Musée
de la Littérature
Bibliothèque Royale
(3eme étage)
4, blvd de l'Empereur
1000 Bruxelles
Belgique
Heures d'ouverture
Lu-Ve : 9h à 17h
Les AML seront fermés du 26 au 30/12/2016.

Avec le soutien de la

Beatitudo Mortis

Alors qu’il est cantonné sur le front de l’Yser, Louis Boumal (1890-1918) écrit ces quelques vers où affleurent tristesse, regret et attente des jours meilleurs.

Le poème fait partie du recueil inédit Les Tristes, conservé aux Archives & Musée de la Littérature dans une version manuscrite et une autre dactylographiée.

Beatitudo Mortis

Ah ! Quand est-ce que je pourrai
Fumer une pipe à mon aise,
En revivant les souvenirs que je voudrai,
Paisiblement assis sur une chaise.

La maison que l’on bombarde
N’est pas plus sûre, ô Thérésette,
Que notre dernière amourette…
Que Dieu les garde !

Du fond boueux de ma tranchée
J’aspire aux clartés sidérales
Qui font de la voie lactée
Une avenue triomphale
Où mon vieux rêve en paix balade
Ses os malades.

Lampadaires des ciels trop vastes
Où mon désir reste accroché,
Sur quels chemins, sur quels désastres
Tantôt serez-vous couchés ?

Le temps tue et les obus passent,
Un jour on dira : "C’est assez."
Puis un savant viendra statistiquer la casse.
Requiescant in pace !

Dixmude, 11 août 1915.