Archives et Musée
de la Littérature
Bibliothèque Royale
(3eme étage)
4, blvd de l'Empereur
1000 Bruxelles
Belgique
Heures d'ouverture
Lu-Ve : 9h à 17h
Les AML seront fermés du 26 au 30/12/2016.

Avec le soutien de la

La déclaration de guerre surprend le Docteur Bayet en France

A la fin juillet 1914, le docteur Adrien Bayet se trouve à Lyon, où il participe à un congrès médical. Le 23 juillet, l’Autriche envoie un ultimatum à la Serbie, le jour même de son arrivée à Lyon. Il écrit...
Nous descendîmes à l’hôtel Royal, Place Bellecour. Le séjour à Lyon fut charmant, jusqu’au moment où commencèrent à percer nos inquiétudes. Depuis des années, nous savions que la guerre devait éclater. C’était le sujet habituel de nos conversations et nous savions aussi que la Belgique serait envahie. Les promenades dans l’Eifel avaient montré, comme sur une carte, la voie que les Allemands devaient suivre (p. 2)
écrit-il dans les toutes premières pages de son journal.
La suite des événements est connue : l’Allemagne se range aux côtés de l’Autriche et
la guerre ne faisait plus de doute pour personne ; la Belgique mobilisait 5 classes. Il était temps de rentrer. (p. 4)
Le retour vers la Belgique, pour
être chez soi, avec les siens et faire là son devoir (p. 5)
passe par Reims où le couple Bayet fait une halte de nuit. Chemin faisant, ils croisent des soldats français, en route vers l’Est. Dans la ville champenoise,
(…) il y avait quelque mouvement de monde mais rien d’agité, ni d’excessif. Les gens retiraient leur argent des banques. Des aéroplanes volaient. (p. 7)
Le jeudi 30, à 17 heures, ils arrivent à Bruxelles.
Ce qui occupait le plus la population, c’était la mobilisation. (…) Le lendemain vendredi, nous nous occupâmes des hôpitaux ; je prévins mes malades que, la situation étant grave, il serait peut-être nécessaire pour eux d’évacuer les salles dans quelques jours. Je vis Depage le vendredi après-midi. Il ne savait encore au juste ce qu’il allait faire, mais, conscient de l’insuffisance totale de la Croix-Rouge, il voulait organiser quelque chose. (p. 7-8)
Les mobilisations se poursuivent et s’étendent, en France, en Russie, en Belgique aussi. L’Allemagne déclare la guerre à la Russie et
Le lendemain 2 août, nous apprenons que l’Allemagne a pénétré dans le Luxembourg ; notre tour viendra bientôt. (p. 8)