Archives et Musée
de la Littérature
Bibliothèque Royale
(3eme étage)
4, blvd de l'Empereur
1000 Bruxelles
Belgique
Heures d'ouverture
Lu-Ve : 9h à 17h
Les AML seront fermés du 26 au 30/12/2016.

Avec le soutien de la

Un mois d’août particulièrement chaud

Après avoir confié à son journal, dans les derniers jours de juillet 1914, l’anxiété ambiante qui résulte des menaces de guerre, dans les premiers jours d’août, Georges Eekhoud ressent et exprime une grande ferveur patriotique :
Delattre que je n’avais plus vu depuis des mois m’arrive tout exalté d’indignation et d’enthousiasme, de beau patriotisme et m’apporte la bonne mais grave et tragique nouvelle que nous avons repoussé l’ultimatum ! (3 août, p. 62)
L’enthousiasme, l’élan patriotique des Belges sans distinction de castes ou de partis est admirable. (4 août, p. 62)
En ville, il règne
Enthousiasme et belle humeur comme en temps de fête. Des manifestants faisant arborer le drapeau national, qu’ils acclament, aux façades de tous les magasins de la rue Neuve et des Boulevards. (p. 63)
Ce même jour, les Allemands entrent en Belgique et
[…] marchent sur Liège. Nos troupes sont héroïques. (p. 64)
Le 6, Eekhoud écrit :
La journée d’hier a été héroïque pour les armées belges. Elles ont repoussé l’ennemi sur toute la ligne. (p. 65)
Il retrouve Louis Delattre, Hubert Krains et Hubert Stiernet à une terrasse (l’été est exceptionnellement ensoleillé et chaud) :
Enthousiasme, lyrisme, effusions. Nous débordons d’orgueil civique et patriotique. (p. 65)
Le 7,
Liège tient toujours. Aucun fort n’est pris. […] C’est sublime. […] Tout cela est prodigieusement beau et exaltant, en dépit du tragique atroce et de l’infamie cause de cette guerre. La Belgique est sacrée à nouveau par le sang de ses fils ! (p. 66)
Et le 8 :
Nous continuons à vivre de l’histoire. Quelles ambiances, quelle atmosphère de foi, d’héroïsme, d’abnégation, d’idéal, de gloire, de sublime solidarité humaine a créé cette odieuse, cette abominable guerre ! Et dire que la Belgique a le plus beau rôle dans cette guerre contre la guerre ! Quels héros que ses enfants ! Quels braves et grands coeurs ! Paris pavoise à nos couleurs et illumine en l’honneur des Belges ! La presse française nous exalte. L’anglaise, l’américaine aussi. Nous faisons l’admiration du monde entier. Poincaré décore Liège de la Légion d’Honneur ! (Je continue à collectionner les journaux par le détail). Les Allemands qui ont perdu 25 000 hommes demandent un armistice. Ils nous supplient de leur laisser le temps d’enterrer leurs morts. Hélas, pauvres Allemands mais il le faut ! Que le sang de toutes ces hécatombes retombe sur le chien enragé, comme l’appellent tous les journaux. (p. 68-69)
Le 14, Eekhoud exulte encore de patriotisme :
Jusqu'à présent, la bravoure, la valeur, la discipline de nos troupes ne se sont pas démenties une seule fois. Ils se battent comme des lions. On cite des traits dignes de l'Iliade et des plus glorieuses épopées. Avec cela, magnanimes, généreux, humains, nobles comme il sied aux vrais héros. (p. 78)