Archives et Musée
de la Littérature
Bibliothèque Royale
(3eme étage)
4, blvd de l'Empereur
1000 Bruxelles
Belgique
Heures d'ouverture
Lu-Ve : 9h à 17h

Avec le soutien de la
Si cette page ne s'affiche pas correctement, appuyer sur F5 (Refresh).

1 fiche trouvée pour Charles Gevers [BE] (1876-1951)

[Cartes postales à Frans Willems principalement et à Georges Willems]
Marie GEVERS principalement, mais aussi Paul WILLEMS et Jean WILLEMS (enfants), Madame Florent GEVERS et Charles GEVERS
correspondance
FS55 00017/0001/001-584
587 cartes postales (dont copies)
Français (version originale)
Aut. s.
En juillet 1916, Frans Willems et Marie Gevers, alors réfugiés aux Pays-Bas, à Scheveningen, chez Georges Willems, frère de Frans, décident de se séparer: Frans restera à Scheveningen (cfr.: le décret rappelant les hommes de moins de 40 ans), Marie rentrera à Edegem avec Paul Willems ; Jean Willems et sa grand-mère (Mme Florent Gevers) les attendant là-bas depuis quelques mois déjà. Frans Willems et Marie Gevers seront séparés pendant plus de 2 ans. Cette longue et émouvante correspondance témoigne de cette séparation éprouvante, de ces temps de guerre incompréhensibles et plein de misère pour le petit peuple. "Cest un journal presque de nos vies à chacun, dont l'autre prend connaissance" (carte du 17/5/1917). Lorsque Marie revient à Missembourg, la vie s'organise peu à peu et au fil du temps Marie se transforme en véritable "boerin", tirant le plus gros de leur subsistance de la culture du jardin qui entoure la maison et de l'élevage de quelques lapins et poules. La vie est chère, le repas est frugal mais sain. Les oeuvres de bienfaisance et l'éducation des enfants rendent cette séparation plus vivable: ne pas trop penser, surtout s'occuper et s'endormir épuisée. Ne pas trop s'attarder ni s'attendrir sur son sort, "cela ramollit le courage"... Et puis: "Je m'applique, par véritable entraînement à fixer mon cerveau sur tout autre chose que la guerre et c'est encore l'art qui vaut le mieux" (carte du 20/3/1918).
L'art... La peinture de Frans Willems la passionne à distance, ses expositions et autres projets dans ce domaine lui procurent beaucoup de joie. Dans ses cartes, Marie Gevers aime également décrire la vie quotidienne, parler des enfants, dont le caractère se dessine tout doucement: "Popom [Paul Willems] sera l'artiste de la famille, tandis que Jante [Jean Willems] sera plutôt le scientifique"…
A noter: la carte du 1/12/1916 : Marie Gevers apprend avec stupeur la mort accidentelle d'Emile Verhaeren. A partir du 4/5/1917: début des visites de Marie Gevers à Max Elskamp. Il en sera également question dans les cartes du 2/6/1917, 28/6/1917, 7/7/1917 (Marie a montré quelques poèmes qu'elle intitule "Chansons écrites pour le petit enfant", Elskamp s'est montré extrêmement élogieux, trouvant que semblable œuvre sur les enfants n'a jamais été écrite...), 26/7/1917 et 20/9/1917. Visite également chez le peintre Constant Montald, voir les cartes du 5/9/1917 et du 13/12/1917. A partir du 26/7/1917 se produit une curiosité: les cartes de Marie Gevers seront quasi systématiquement recopiées par Georges Willems qui enverra ces copies en Angleterre à Frans - une correspondance directe entre la Belgique et l'Angleterre étant alors impossible ou trop risquée. Les seules cartes de Marie envoyées directement vers l'Angleterre ne datent que de décembre 1918…
Dans la carte du 14/1/1918: Marie Gevers parle (et c'est rare) de son travail "littéraire": elle est en train de consigner de vieux souvenirs de famille ainsi que les croyances occultes de "Tante Minnie", la soeur de son père, Florent Gevers (à mettre en parallèle avec ses visites à Elskamp où il est souvent question de croyances populaires, de folklore,…). La carte du 21/5/1918 témoigne de la naissance d'Emile Gevers (fils de Rite Cranleux et Charles Gevers, frère de Marie). Enfin, les dernières cartes (décembre 1918, notons qu'il n'y a pas d'envois en oct.-nov. 1918 dans cet ensemble) montre l'impatience, la hâte de se retrouver mais le chaos ambiant, la masse de réfugiés à prendre en charge, retarde quelque peu le retour de Frans dans son foyer.
A noter encore que les 2 cartes de Charles Gevers à Frans Willems datent du 1/2/1917 et du 26/3/1917, la carte de Mme Florent Gevers à Frans Willems date du 8/7/1917, enfin, les 25 cartes de Marie Gevers à Georges Willems datent des 25/8/1917, 27/8/1917, 5/9/1917, 6/9/1917, 10/9/1917, 15/9/1917, 18/9/1917, 12/10/1917, 16/10/1917, 8/11/1917, 17/11/1917, 19/11/1917, 22/11/1917, 17/12/1917, 27/12/1917, 28/12/1917, 10/1/1918, 11/1/1918, 26/1/1918, 10/2/1918, 25/3/1918, 30/3/1918, 17/4/1918, 12/5/1918 et 30/7/1918.